Galnet? Aux oubliettes ! Le Piaf, journal satirique galactique.

Category archive

Rapports indépendants

Andronicus ?

dans AEGIS/Rapports indépendants Par

Pas plus tard qu’hier, l’unique voix de la Galaxie, j’ai nommé notre Pravnet adorée, daignait nous informer du lancement d’une opération par Aegis.

 

Tout d’abord, nous tenons à remercier les équipes rédactionnelles de notre cher organe de propagande officiel de bien vouloir nous gratifier de quelques informations, c’est tellement rares ces derniers temps que la moindre dépêche tombe sur nous comme une goutte d’eau sur une terre aride.

 

Cette opération communautaire vise, d’après la dépêche, à, je cite, contrer les agressions thargoids dans cette région du cosmos.

 

Jusqu’à preuve du contraire, les Oresrians ne nous agressent pas gratuitement dans la région des Pleiades, ils se défendent. Il faut rappeler une fois de plus que ces constats d’agressions sont totalement faux. Nous ne disposons d’absolument aucun éléments nous permettant de dire que ce sont bien les Oresrians qui ont attaqués les premiers. Chaque fois, nous sommes arrivés après les faits et nous n’avons pu que constater les dégâts, c’est tout. Et quand je dis nous, je parle tout autant de nous que des scientifiques servant de cautions morales et scientifiques à Aegis. Aucun d’eux, y compris le Professeur Palin, ne nous ont fourni de preuves tangibles que nous avions bien affaire à des agressions de la part de nos visiteurs. Et plus le temps passe, plus la rédaction de The Onionhead doute que nous n’en ayons jamais.

 

Cette opération demande l’intervention de tous les pilotes combattant afin d’aller massacrer les Thargoids, gratuitement jusqu’à preuve du contraire, et contre rémunération qui plus est.

En effet, qui voudrait aller en découdre avec les Oresrians sans une bonne raison ? Et comme Aegis n’a toujours pas apporté la preuve que nous étions bien menacés par ces êtres qui, disons-le, sont bien plus avancés que nous technologiquement, il ne reste plus à cette organisation digne de l’INRA que l’argument financier pour attirer les bonnes volontés.

 

La cause d’Aegis n’est absolument pas la défense de l’humanité. Si c’était vraiment le cas, l’organisation userait de toutes les précautions avant de lancer ce genre d’opération, mais surtout, aurait apporté la preuve indiscutable que nous étions bien attaqués par les Thargoids, voir même envahi.

D’ailleurs, parlons-en de cette supposée invasion.

 

Le texte accessible depuis les services de station décrivant l’opération nous indique que nous trouverons ces Thargoids dans un secteur précis de Pleiades Sector et dans des USS. Il nous dit également que nous recevrons des bons de combats après chaque meurtre, qui devront être remis à la station The Oracle. Bref, tout doit se passer exactement comme lors de la période de guerre froide qui opposait la Fédération à l’Empire par faction mineure interposée.

La rédaction de The Onionhead a été très étonné de constater le niveau de respect de nos règles d’engagements dont font preuve les Oresrians .

Parlant d’invasion, on devrait logiquement s’attendre à voir les Thargoids débarquer un peu partout dans la zone centrale que nous avons colonisé autour de Sol. Au lieu de cela, ils restent bien sagement dans Pleiades Sector, et dans ce qui s’apparente à des Zones de Conflits.

Ça sent la mise en scène à plein nez ne trouvez-vous pas ?

Et s’il s’averrait qu’il s’agit bien du mise en scène, je m’interroge, pour ma part : quel bénéfice les Oresrians pourraient bien tirer de cela ?

Sauf à ne plus avoir le contrôle sur soi-même, personne n’irait servir de cible et se faire tuer comme ça n’est-ce pas ?

 

L’amiral Aden Tanner d’ajouter : Je pense donc que la meilleure stratégie, du moins à court terme, consiste à former une véritable milice de pilotes de combat expérimentés.

 

Le mot est bien choisi effectivement. Vous qui allez participer à ce massacre gratuit deviendrez bien membre d’une milice, comme aux pires moments de l’Histoire humaine, à une époque que nous avons l’habitude de considérer, peut-être à tort, comme archaïque et révolue.

 

D’ailleurs, vous ne vous y êtes pas trompé, vous qui lisez ces lignes, puisque seuls 54 pilotes semblaient s’être engagés dans cette ignominie à l’heure où j’écris ces lignes, c’est-à-dire le 3 novembre 3303 à 16:40 IGT.

 

Les ficelles par lesquelles le soi-disant Club et Aegis entendent poursuivre leur manipulation sont tellement grosses qu’on en arrive à douter de leur compétence à mener l’histoire humaine dans la direction qu’ils souhaitent. N’allons pas, cependant, les sous-estimer. Rien ne nous dit que, finalement, ceci ait pu faire partie d’un plan plus subtil qu’il n’y paraît.

 

J’en doute personnellement.

Durant les mois qui se sont écoulés, l’équipe de The Onionhead et OSIRIS n’ont jamais cessé d’annoncer à qui voulait bien entendre quels étaient les objectifs de cette clique qui se prend pour Dieu.

La théorie sur laquelle nous nous sommes appuyés pour lancer Deus Ex Machina Initiative ne semble pas se démentir jusqu’ici. Bien au contraire, plus le temps passe, plus ce soi-disant Club avance ses pions, et plus notre théorie se confirme. Et sauf à voir un coup de théâtre que personne n’aurait vu venir, je ne vois décidément pas pourquoi nous y renoncerions.

Je vous invite à lire ou à relire les différents articles que nous avons publiés sur le sujet.

 

Nous voyons donc une structure qui se fait passer pour un organisme de recherche et dont le porte-parole est un haut gradé fédéral financer une opération militaire destinées à s’assurer que vous, pilotes, allez vous salir les mains du sang qu’ils ne veulent pas faire couler eux-mêmes. Bien sûr, étant donné le succès des opérations communautaires précédentes lancées par Aegis afin de lancer la production d’armes destinées à tuer les Thargoids, ses dirigeants, et le soi-disant Club, pensait pouvoir aller jusqu’au bout et vous impliquer dans leurs projets abjectes.

 

Le lendemain du lancement de votre opération, messieurs, il semble bien que vous vous soyez lourdement trompés sur les qualités morales des pilotes que vous entendez contrôler.

J’ai pu entendre certains s’étonner ici et là, qu’aucune organisation, aucun groupe, n’avait été mis en avant comme opposant à Aegis et sa clique de grands bourgeois par Galnet et que, par conséquent, ils n’avaient aucune existence officielle.

N’allez pas espérer voir la Pravnet nous donner une tribune. Vous iriez au-devant d’une sacré déception.

La seule réponse officielle que vous devez attendre est bien celle que nous, The Onionhead, OSIRIS, Wing Atlantis, The Children of Raxxla, The LOSP, et bien d’autres encore, à présent et à l’avenir, nous donnons sur les réseaux alternatifs de l’holofac, et qui sont visiblement bien plus écoutés.

N’allez pas croire que le silence des voix officielles concernant cette opposition signifie qu’il n’y a pas d’opposition. C’est tout le contraire, soyez-en certain.

 

Nous sommes légions, et à moins de couper tous nos moyens de diffusion indépendants, ils n’arriveront jamais à faire taire la voix de la vérité.

 

Pour finir, une petite remarque concernant le nom que ces guignols ont donnés à leur opération : Andronicus.
Titus Andronicus est une pièce de théâtre écrite il y a bien longtemps maintenant par l’auteur anglais William Shakespear. Je crois qu’il s’agit de sa première pièce. Et si cet auteur génial s’en était tenu aux seules impressions laissées par cette première oeuvre, il aurait tout simplement cessé d’écrire. En effet, tout le monde s’accordait alors pour dire que c’était la pièce la plus stupide jamais écrite.

 

La marque de l’infamie

dans Indépendants/Rapports indépendants Par

My appologizes to all our english readers. This article will be french only once again. As usual, if you really want to read it, you can use the automatic translating tools provide by the holofac. It will not be as accurate as a human translation, but it is more than nothing if you’d definitively wanted to read it.

 

Aujourd’hui, il ne sera pas question d’écrire un article journalistique. Ce qui suit tiendra plus de l’éditorial et du témoignage.

 

Tandis que Wing Atlantis, OSIRIS et les Children of Raxxla étaient encore à rechercher les bases de l’INRA, le Conseil d’OSIRIS décidait qu’une fois tous les sites découverts, il faudrait lancer une campagne d’étude approfondie de chaque d’entre eux.

Nous avons très vite organisé cela et avons annoncé le lancement de ce chantier de fouille il y a à peu près deux semaines à plusieurs groupes, dont Wing Atlantis.

 

Pendant ce temps, la politique interne de la faction francophone Black Bird s’agitait au point de voir une révolution éclater. Je vais vous épargner les détails, vous pouvez les lire en cliquant ici.

 

Il était prévu que nous débutions les fouilles dès hier soir.

Bien sûr, compte tenu des échanges que j’avais pu avoir, tant avec leur “journaliste” Blondin qu’avec leur rédacteur en chef, j’avais senti naître un climat de tension qui aurait pu mettre en danger les scientifiques qui allaient participer aux fouilles, aussi le Conseil d’OSIRIS a décidé qu’il fallait que des escortes armées nous accompagnent pour sécuriser les sites ainsi que l’espace aérien au-dessus d’eux.

 

Ayant d’excellentes relations avec les membres francophones de The Armada of Light, j’ai donc naturellement fait appel à leur service afin d’assurer ma sécurité si bien qu’hier soir, ce sont trois pilotes, combattants confirmés, faisant également partie des combattants d’élites de The LOSP, Thalion, qui se sont joints à moi et ont assurés ma protection tout au long de la soirée.

Sans leur présence et leur talents, je n’écrirais probablement pas ces lignes aujourd’hui.

 

En effet, après avoir réalisé des clichés généraux de chacunes des bases, nous avons décidé de tous nous retrouver sur le site situé dans le système Alnath.

 

Je dois cependant faire mention d’une chose curieuse que j’ai noté durant la réalisation de ces vues d’ensembles. J’avais pris en charge le cliché du site #2, à Hermitage. Et en arrivant, j’ai vu un Sidewinder jaune posé juste à côté de la base. En scannant le vaisseaux, j’ai vite compris qu’il appartenait à Mr Blondin lui-même. C’est le premier indice qui m’a fait comprendre que nous ne serions pas seuls durant les fouilles. Mais revenons à Alnath.

 

Après avoir pris quelques détours, m’adaptant à la portée de saut de mon escorte, nous sommes finalement arrivés dans le système.

Une fois sur place, et tandis que j’étais en vocal sur l’holofac privé de Wing Atlantis avec le reste de l’équipe de fouille, on me signalait la présence de pilotes identifiés comme faisant partie du Black Bird.

En outre, nous avons eu la chance de disposer d’une taupe en leur sein. Je tairais son nom afin de préserver sa couverture, mais il pouvait accéder à l’holofac privé des BBS et nous faisait un tableau relativement complet du déroulement de l’opération qu’ils étaient en train de réaliser, une opération de type Search and Destroy. Cet agent infiltré n’a pas pu alors nous indiquer le nom de leur cible mais il nous a donné les noms de tous les commanders participants à l’opération.

Cette identification a été confirmée par les scientifiques arrivés sur site et qui voyaient quelques pilotes BBS sur site qui semblaient en attente de quelqu’un de précis. L’équipe engagée dans leur operation Search and Destroy sur site n’était pas au complet, laissant entendre que d’autres pilotes devaient attendre hors de portée des radars et prêt à intervenir le moment venu, chose qui se vérifiera plus tard. Cette identification visuelle nous a également permis d’identifier la composition de leur flotte, et donc, d’avoir une idée générale de la tactique qu’ils allaient employer.

 

Mon escorte m’a demandé de m’approcher au plus près du site afin de leur permettre de droper sur moi, mais en gardant une altitude suffisante pour que nous puissions être hors de portée de leur radar en arrivant. Je me suis exécuté.

 

Je suis resté en stationnaire à une altitude comprise entre 15 et 18 km, juste au-dessus du site, tandis que j’attendais que mon escorte me rejoigne.

Une fois notre escadrille au complet, ils sont descendus et je les ai lentement suivi tandis que je donnais l’ordre aux scientifiques présents sur le site de quitter le système au plus vite.

 

Quelques dizaines de secondes plus tard, j’ai pu voir un vaisseau rapide sortir de la zone morte de mon radar. Je l’ai scanné et j’ai identifié le Cmdr Zipper. Mon escorte avait engagé le combat avec d’autres pilotes mais le Cmdr Zipper se tenait à l’écart, volant en cercle très rapidement. C’est là que j’ai compris qu’il allait m’engager.

J’ai immédiatement pointé le nez vers le ciel, j’ai boosté deux fois de suite, me laissant le temps de trouver un système vers lequel sauter qui soit dans mon champ de vision tout en sortant de l’influence gravitationnelle de la planète, puis j’ai rebooster deux ou trois fois de plus tandis que j’engageais mon FSD afin de sauter au plus vite. Je suppose que le point de saut que j’avais choisi, juste au-dessus de l’horizon, a dû quelque peu perturber la maniabilité de mon assaillant car j’étais juste à la limite de sortie de l’influence gravitationnelle de la planète et comme il était derrière moi, il y a de fortes chances qu’il ait été encore sous cette influence durant le temps où mon FSD se chargeait.

Le feu pleuvait sur mon Diamond Back Explorer. Mon bouclier est très vite tombé et mon intégrité est descendue à 37% en quelques secondes au moment où enfin, j’entrais dans le witch space. Si mon escorte n’avait pas occupé le reste de l’escadrille BBS, je serais probablement mort à l’heure qu’il est.

 

J’ai procédé à trois sauts supplémentaires vers des destinations aléatoires afin de perdre d’éventuels poursuivants, puis j’ai indiqué à mon escorte que je m’en étais sorti de justesse ainsi que ma position. Le lead m’a demandé de rejoindre Jitabos au plus vite et de m’attendre un saut avant, afin de lui laisser le temps de vérifier que tout allait bien autour de la station Finney Ring et dans le système. J’ai suivi ses instructions et j’ai enfin pu docker en toute sécurité. Là, j’ai réparé, puis j’ai immédiatement repris la route vers HR 6421, le système où résident les Children of Raxxla, pour finalement docker à Serebrov Terminal après avoir suivi la même procédure que précédemment. Là, j’ai vendu les quelques données d’explorations qui étaient à ma disposition ainsi que l’ensemble des données recueillies sur les sites des bases de l’INRA.

 

Voici donc pour les faits.

Cette relation est bien évidemment incomplète puisqu’elle ne reflète que ce que j’ai vu des événements qui se sont déroulés hier soir et qui aurait pu avoir une issue tragique.

 

Une fois à Serebrov Terminal, remis de mes émotions, j’ai immédiatement posté le message suivant dans le canal diplomatique de l’holofac privé de Wing Atlantis :

 

Vile tentative d’assassinat contre ma personne à l’instant même par les troupes contre révolutionnaires de l’ancien Black Bird Consilium. Ils se sont lâchement attaqués à des explorateurs sans armes. Dieu merci, nous avions une bonne escorte. J’ai pu sauver ma peau de justesse.

Il est vraiment temps que Mme Alexandra Gidh fasse le nécessaire pour nous débarrasser de ces dangers publics !

 

J’espérais une réponse prompte et des explications, sachant que des pilotes BBS avaient accès à ce canal.

 

Et en effet, la réponse ne s’est pas faite attendre.

C’est le Cmdr Redfox qui m’a répondu :

 

Cher Joseph, vous nous en voyez désolé, mais ce ne sont pas les forces de l’ancien Consilium qui étaient engagées dans cette opération. Nous avons reçu dans la soirée l’ordre de nous déployer sur les différents sites de l’INRA et d’attendre de plus amples instructions. Le nom de la cible ne nous a été communiqué qu’à la dernière minute. L’un de nos pilotes vous alors engagé. C’est Rapture XXV qui, apprenant qui était la cible, a alors ordonné de cesser le feu, sans quoi vous seriez malheureusement  passé à trépas. Il va sans dire que la Porte parole est absolument scandalisée par cette situation. Une enquête interne va être menée  afin de comprendre comment et par qui cette opération a pu être commanditée sans l’aval du nouveau conseil. Il est possible que cela soit en effet une manoeuvre de l’ancien consilium.

Il n’est d’ailleurs pas à exclure que certains membres du squadron soient déployés dans les prochains jours sur les site de l’INRA afin de les sécuriser pendant les travaux de recherche.

 

Inutile de dire qu’OSIRIS compte participer activement à cette enquête de son côté.

Si, comme le laisse entendre le Cmdr Redfox, il subsiste des éléments contre révolutionnaires au sein de l’actuel Consilium, alors c’en est fini du changement de cap que Mme Alexandra Gidh compte imprimer à sa faction.

 

Il est tout de même intéressant de noter que cette attaque s’est produite le jour même où Aegis lançait son opération d’assassinat tandis que, dans le même temps, débutait une opération de sauvetage de grande ampleur à laquelle MediCorp participe activement. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que je sois définitivement sorti de la scène.

Je ne vais pas pour autant accuser le soi-disant Club d’avoir commandité cet assassinat sans aucune preuve. D’ailleurs est-il seulement possible que nous en ayons jamais ?

Et puis, ça serait une grande présomption de ma part de penser gêner une organisation aussi puissante et tentaculaire que cette clique au point qu’elle décide de m’éliminer.

 

Quoiqu’il en soit, j’ai pu, par ce tragique incident, constater la solidité de ma détermination. Hier soir, mon bras n’a pas tremblé alors que j’étais à deux doigts de disparaître.

 

Je continuerais à faire mon travail, quoi qu’il m’en coûte !

L’empire des sens

dans Indépendants/Rapports indépendants Par

We apologize again to our English readers but we want to save you the trouble of reading these French articles. However, if you insist, you can use the automatic translator available freely on the holofac. Thank you for your understanding.

La bonne compréhension des intentions d’autrui tient souvent plus à notre capacité à nous extraire de nos propres interprétations qu’à la justesse d’expression de nos interlocuteurs.

Récemment, j’écrivais dans ces colonnes un article dans lequel je mettais en cause une fange affairiste sévissant au sein des instances dirigeantes d’une faction francophone. Fange que les circonstances historiques ont eu le bonheur de mettre de côté.

Un humoriste terrien du XXème siècle s’interrogeait : peut-on rire de tout, mais surtout peut-on rire de tout avec n’importe qui ?

Mille trois cents ans plus tard, ces deux questions sont encore d’actualité.

Y aurait-il dans les mots qui suivent matière à se voir accusé de diffamation ?

Plus sérieusement, excepté le fait que le Black Bird Consilium dirige une bande de bas du front sensibles de la gâchettes, je ne vois vraiment pas ce qui pourrait pousser le soi-disant Club à manipuler la tendance affairiste du Consilium.

Il n’est un secret pour quiconque les connaissant un tant soi peu que la grande majorité des pilotes qui se sont engagés au sein de cette faction et qui font aujourd’hui partie de la tendance affairiste qui vient d’en être évincé, sont des gens sensibles de la gâchette, désireux de tirer sur tout ce qui bouge sans discernement. Il va sans dire que, pour quiconque sait lire, c’est de ceux-là dont je parlais, et rien que ceux-là. Loin de moi l’idée de penser que tous les autres membres de cette faction soient des bas du front.

Que ceci puisse avoir une utilité pour une clique manipulatrice agissant dans l’ombre et souhaitant y rester si elle voulait déclencher un conflit galactique n’aurait rien de surprenant. Après tout, fin avril dernier, nous avons déjà vu cette stratégie de l’idiot utile à l’oeuvre lorsque cette même clique avait téléguidé ce pilote tristement rendu célèbre par l’assassinat du Cmdr Salomé.

Se voir donc accusé de lancer une campagne de diffamation pour avoir exprimé sur le ton de la dérision et de l’humour quelques vérités est une disproportion dont Mr Blondin a déjà pu faire la démonstration dans d’autres articles.

Une campagne, Mr Blondin, ça dure dans le temps. Or ici, il n’y avait qu’un seul article. Et si aujourd’hui je prend la peine de remettre le couvert, c’est uniquement parce que vous m’avez invité à votre table. Si campagne il y a, vous n’avez qu’à vous en prendre qu’à vous même.

Par ailleurs, comme je viens de le souligner, je n’ai rien dit qui ne soit faux ou susceptible d’atteindre à l’honneur des sécessionnistes. Bien au contraire.

Du coup je m’interroge. Et j’espère que les dirigeants actuels du Consilium et de la rédaction de Vox Veritas en font autant.

Pour qui Mr Blondin travaille t-il exactement ?
Travaille t-il pour Vox Veritas ? Travaille t-il pour le Consilium 2.0 ? Ou travaille t-il pour la fange affairiste du Consilium ?

Si on en croit la ligne qu’Alexandra Gidh souhaite imprimer au Consilium 2.0, et qui est opposée à la politique va-t-en guerre de la tendance affairiste qui le dirigeait jusque là, la politique actuelle du Consilium 2.0 serait de bien étudier la situation actuelle avant de prendre une position ferme et définitive sur la question alien. La lecture de l’article de Mr Blondin du 17 octobre dernier laisse fortement penser qu’il ne serait peut-être plus totalement à sa place, ou à minima pourrait avoir besoin d’un peu plus de temps pour s’adapter à la nouvelle donne.

A moins que Mr Blondin ne serve de “caution” à ce torchon propagandiste et permette au Consilium de dire qu’il est indépendant ? Ce serait une façon bien grossière de procéder.

 

Mais revenons sur l’article du 29 octobre.

Une enquête très rapide à l’issue de laquelle il ressort que le Consilium aurait servi les intérêts du soi-disant Club à l’insu de son plein gré à cause de l’importance de son volume d’affaire avec Sirius Corporation.

C’est un blague ?

La Galaxie entière sert les intérêts du soi-disant Club à l’insu de son plein gré parce que, quoique nous fassions, nous remplissons les caisses de Sirius Corporation !

Encore faudrait-il déjà disposer de preuves incontestables que Sirius Corporation soit bien un des 5 membres du soi-disant Club avant de pouvoir avancer cela. Or, nous ne disposons pour le moment que de faisceaux d’indices qui laissent entendre que, ce qui est loin de constituer des preuves formelles et définitives. Mais admettons.

Cette mega-corporation est tentaculaire et agit sur tous les marchés stratégiques, que ce soit par une de ses filiales ou par ses partenaires, dès lors que ces marchés touchent de près ou de loin au domaine spatial, technologique, militaire ou industriel.

Et l’enquête, tout comme Mr Blondin, de conclure d’un pas léger que la tendance affairiste qui sévissait au sein du Consilium était téléguidée par le soi-disant Club.

Penser que le soi-disant Club agirait dans l’unique but de satisfaire les intérêts financiers de ses 5 membres, c’est faire preuve d’une grande crédulité. C’est la première chose qui viendrait à l’esprit de quiconque commence à enquêter sur cette clique. Mais pousser un peu plus avant les recherches permet de découvrir que les choses sont bien pire que cela.

OSIRIS a lancé il y a quelques mois Deus Ex Machina Initiative parce que, précisément, nous pensons que les Thargoids pourraient tout à fait jouer le rôle d’un Deus Ex Machina dirigé par le soi-disant Club pour atteindre ses objectifs. 

Les éléments mis en évidence dans cet article, puis celui-là, nous ont amenés logiquement à définir cette théorie ici, pour finalement lancer l’Initiative. Il ne s’agit là que d’une théorie qui demande encore d’être confirmée par d’autres éléments, mais c’est une théorie, pas une spéculation, parce que des éléments concrets nous y ont conduit.

 

Après cela, difficile d’imaginer le soi-disant Club engager les ressources nécessaires à l’élaboration et la mise en oeuvre d’un simple plan d’enrichissement de ses membres. Il est évident qu’il s’agit de bien autre chose. Et bien malin qui pourrait dire aujourd’hui, avec les éléments dont nous disposons, de quel plan il s’agit exactement. Nous disposons bien de quelques indices laissés par les historiens qui nous disent que ce plan ne date pas d’aujourd’hui, qu’il est patiemment mis en oeuvre, et pourrait bien avoir pour ultime objectif de réunir la Galaxie au sein d’une même entité politique. Mais ce ne sont là que des soupçons, rien d’autre que cela.

 

En tout cas, cette clique manipulatrice n’a aucunement besoin de cacher ses profits mal acquis derrière un tel écran de fumée. Ce qui se cache derrière est bien plus grave que cela, et rien que de penser à cela devrait plonger n’importe qui dans la stupeur. C’est pour nous avertir de cela que les Cmdr Salomé et Rebecca ont donné leur vie. C’est pour que nous le sachions et poursuivons leur quête de la vérité que les Cmdr Raan Corsen, Tsu Annabelle Singh et Yuri Nakamura ont risqué leur vie. Et pour ma part, je ne renoncerais jamais à poursuivre cette quête et d’en publier l’avancée dans ces colonnes, quelqu’en soit les conséquences.

 

Et je laisserai le soin à Mr Blondin de continuer de s’émerveiller de la “poésie” qui se dégage de la base de l’INRA nommée Klatt Enterprises et de publier des éditoriaux pleins de sa personne mais sans aucune information.

 

Le moineau qui voulait être plus grand que l’aigle.

dans Divers/Indépendants/Rapports indépendants Par

Depuis que nous avons découvert les bases abandonnées de l’INRA, les réactions ne manquent pas.

Depuis les plus hautes sphères du pouvoir galactique jusqu’aux factions les plus petites, personne ne semble avoir été indifférent à ces découvertes.

 

J’en prend pour exemple ce qui se passe au sein du Black Bird Consilium.

Peu de pilotes connaissent cette faction.
Exception faite de la communauté francophone, pour qui cette faction est très connue, personne ne doit connaître leur existence.

Installée dans le système Munfayl et alentours depuis plusieurs années maintenant, la faction s’est toujours auto-proclamée rempart de l’Humanité contre les Thargoids.

 

Plus récemment, un coup d’Etat au sein du Consilium a, semble t-il, évincé les tenants d’une tendance affairiste entièrement calquée sur Sirius Corporation, l’étendue, le pouvoir et l’épaisseur du portefeuille en moins. Ce coup d’Etat vise à rétablir le Consilium sur les rails qui étaient les siens avant que ces affairistes tentent d’en prendre le contrôle. Et visiblement, c’est la publication des enregistrements découverts sur chacune des bases abandonnées de l’INRA qui aurait été l’élément déclencheur, du moins si on en croit le calendrier.

 

Je sais que, par ailleurs, Mme Alvina de Messalina, qui est à l’origine de la création de la Wing Atlantis, groupe avec lequel OSIRIS avait travaillé étroitement pour découvrir ces bases, était un membre influent du Consilium avant que la tendance affairiste n’en prenne le contrôle.

 

Dans un article récemment publié sur le média de propagande du Consilium nommé Vox Veritas, qui n’a rien à envier à Galnet, le journaliste évoque des sources qui lui aurait laissé entendre que le soi-disant Club manipulerait la tendance affairiste du Consilium ?

Comment peut-on sérieusement imaginer une seconde que cette clique de manipulateurs de haute volée agissant dans l’ombre depuis des centaines d’années sans que personne n’ai encore pu découvrir qui ils sont et disposant du pouvoir colossal de manipuler l’histoire de la civilisation, – rien que ça ! -, irait se priver de quelques ressources pour aller manipuler l’instance dirigeante d’une obscure faction ne pesant rien dans le concert des super puissances galactiques ?

 

On a l’impression d’être dans cette ancienne fable terrienne où une grenouille tentait de devenir plus grosse qu’un boeuf. Et si je me souviens bien, la grenouille fini mal dans cette histoire.

 

Plus sérieusement, excepté le fait que le Black Bird Consilium dirige une bande de bas du front sensibles de la gâchettes, je ne vois vraiment pas ce qui pourrait pousser le soi-disant Club à manipuler la tendance affairiste du Consilium.

La Guerre de Troie N’aura Pas Lieu

dans AEGIS/Alliance/Empire/Federation/INRA/Rapports indépendants/Sirius/Thargoids Par

L’actualité des dernières semaines est riche en informations susceptibles d’éclairer la situation galactique sous un angle bien différent.

 

Et contrairement à la soupe insipide propagandiste grâce à laquelle notre Pravnet adorée entend faire de nous une bande de soldats ne posant pas de question, la rédaction de The Onionhead entend bien mettre en lumière pour vous des choses qui, nous l’espérons, ne seront pas autant d’insultes à votre intelligence.

 

Nous nous trouvons dans une situation assez paradoxale il faut bien le dire.

D’un côté, le média officiel du soi-disant Club, qui publie de plus en plus rarement ces derniers temps, et qui tente de présenter ses articles de la façon la plus factuelle qui soit, du moins en apparence, et de l’autre, The Onionhead qui publie des articles qui semblent constitués de partis pris, en première lecture, mais qui ne se contentent pas de présenter des faits détachés les uns des autres.

 

Lorsque le Canonn Interstellar Research Group fait la découverte majeure de l’interaction avec les sondes inconnues déclenchant une EMP qui désactive tous les systèmes du vaisseau qui a produit cette interaction, la Pravnet s’empresse de le dire :

 

Le Canonn Interstellar Research Group a annoncé que l’un de ses scientifiques avait fait une découverte majeure au sujet des sondes inconnues.”

 

Lorsque Wing Atlantis, OSIRIS, et les Children of Raxxla, sont à l’origine d’une découverte majeure venant éclairer notre histoire passée et actuelle d’un jour nouveau, la Pravnet se contente de relater les faits sans faire aucune mention des groupes qui en sont à l’origine.

Rien d’étonnant bien sûr.

 

Depuis la sélection des événements à relater jusque dans la façon de le faire, qui citer, etc, tout y est propagande.

Pire, ce torchon entend également écrire l’Histoire présente.

 

D’une certaine façon, il était assez prévisible que Wing Atlantis, OSIRIS et les Children of Raxxla ne soient pas cité comme ceux qui ont découvert les bases abandonnées de l’INRA. Ces groupes sont de farouches défenseurs des libertés individuelles, du droit à la vérité, à la liberté d’expression, et mettent depuis longtemps toutes leurs ressources en oeuvre afin de démasquer cette clique élitiste et manipulatrice.

 

La lecture des journaux découverts sur place laisse peu de doute quant à la façon de faire de l’INRA dans le passé.

La ressemblance est frappante entre les méthodes de l’INRA d’une part, et la façon de faire d’AEGIS de l’autre.

Et à moins de manquer singulièrement d’intelligence, ou sauf à vouloir absolument déclencher cette guerre contre nos visiteurs venus d’ailleurs, il est maintenant impossible de passer à côté de cette ressemblance.

Même la princesse gossip people, elle qui d’ordinaire ne s’attarde que sur des mondanités, n’as pas manqué de le dire :

 

I read the INRA records, and frankly I was sickened. How could they treat living creatures that way? I’ve heard of governments inventing threats to support their military programmes. Maybe that’s what the INRA was. A smokescreen.” Aisling Duval, Galnet, 20/10/3303

 

Ce qui, une fois traduit, nous donne :

 

J’ai lu les journaux des bases de l’INRA, et franchement, j’étais dégoûtée. Comment ont-ils traiter des créatures vivantes de cette façon? J’ai entendu que des gouvernements ont inventé dans le passé des menaces pour soutenir leurs programmes militaires. Peut-être que c’est ce que l’INRA était. Un écran de fumée.

 

D’aucuns diront que l’INRA et AEGIS n’ont rien à voir, que l’INRA fut créée par la Fédération et l’Empire alors que AEGIS inclut également l’Alliance, que les objectifs de l’INRA étaient secrets alors que ceux d’AEGIS ne le sont pas, etc…

 

L’INRA a été créée afin de répondre à un besoin de recherche dans le domaine civil, c’est ainsi qu’elle a été annoncée :  produire des connaissances afin de pouvoir développer des applications dans les domaines agricoles, médicaux, industriels, spatiaux. Mais dans les faits, l’INRA a fait secrètement de la rétro-ingénierie sur la technologie Thargoid. Et même si c’est par accident qu’a été découvert la possibilité d’une arme de destruction massive xenocide, il n’en demeure pas moins que l’organisation n’a pas hésité une seconde à employer des moyens qu’on n’avait pas vu mis en oeuvre depuis le tristement célèbre XXème siècle sur Terre, durant la Seconde Guerre Mondiale pour être plus précis, et au sein du régime nazi, pour être tout à fait clair. D’ailleurs l’INRA n’a pas hésité une seule seconde pour appuyer sur le bouton rouge, rendant ainsi responsable l’humanité entière du second xenocide de l’Histoire. Avons-nous quelques raisons de penser que AEGIS n’en fera pas autant ?

 

AEGIS a été créée au départ afin de permettre aux trois principales superpuissance (la Fédération, l’Empire et l’Alliance) de mettre leurs ressources et leurs connaissances en commun afin d’étudier les Thargoids. Certes, AEGIS a bien déclaré que sont but serait tout autant de produire des connaissances sur nos visiteurs que de produire des armes pour nous défendre d’eux si cela s’avérait nécessaire. Cependant, depuis plusieurs semaines, AEGIS a lancé de nombreux appel à la communauté pour récupérer toutes les ressources dont elle avait besoin pour concevoir des armes alors que dans le même temps, l’organisation n’a pratiquement rien publié concernant nos visiteurs. C’est la communauté des pilotes indépendants qui a recueilli le plus d’informations et de connaissances sur les Thargoids, y compris Canonn, pas AEGIS. Par ailleurs, des pilotes indépendants font régulièrement état de découvertes troublantes qui semblent mettre au jour un trafic d’êtres humains à grande échelle dans un but d’expérimentation. Trafic et expérimentation semblent tous deux liés à la Fédération (source). Bien sûr, nous ne pouvons pas relier directement ce trafic et ces expérimentations à AEGIS, mais la nature même de la structure de l’organisation laisse à penser que les autres membres d’AEGIS savent que la Fédération mène actuellement ces expériences sur des êtres humains.

 

Une étude plus approfondie des 6 bases abandonnées de l’INRA doit être effectuée avec la rigueur scientifique qui s’impose si nous voulons en savoir plus sur le sujet. Et c’est à nous, pilotes indépendants, de mener cette étude, car nous savons dors et déjà que AEGIS ne nous dira rien d’autre que ce qu’elle est autorisée à nous dire par le soi-disant Club. Quant au Canonn, preuve est faite depuis un moment déjà que son indépendance est sérieusement émoussée. Et il reste encore beaucoup à découvrir. Nous devons considérer ces 6 sites comme autant de scènes de crime et ils doivent être étudiés avec les mêmes méthodes.

 

Quoiqu’il en soit, l’existence même d’AEGIS ne peut se justifier que si la guerre éclate. Et tout est fait en ce moment pour nous y conduire.

 

Pourtant, nous voyons bien que même une princesse gossip en arrive à penser que tout ceci est un peu gros, et laisse entendre à demis mots que tout ça pourrait bien être une mise en scène destinée à justifier les dépenses en armement ainsi que la transformation de légions de pilotes indépendants pacifiques en guerriers sanguinaires.

 

Et elle n’est pas la seule à remettre tout cela en doute.

 

Le même jour, notre Pravnet chérie publiait un article où Jasmina Halsey a pu s’exprimer amplement sur le sujet.

 

Plutôt que de faire comme ses petits camarades d’AEGIS que sont la Fédération et l’Empire, épaulés par Sirius Corporation, Mme Halsey, porte-parole de l’Alliance, remet tout simplement en cause la fin de la guerre froide entre la Fédération et l’Empire.

Pour elle, tout ceci n’est que poudre aux yeux et mise en scène.

D’ailleurs, nous pouvons également douter que cette guerre froide ai bien existé.

Depuis plusieurs années maintenant, la Fédération et l’Empire se sont comportés comme s’ils étaient en guerre froide, s’affrontant par factions interposées. Et histoire de bien démontrer à tout le monde que c’était bien le cas, les deux superpuissances se sont mises parfois en situation de se déclarer la guerre pour de bon.

Suivant le raisonnement de Aisling Duval, tout ceci ne pouvait avoir qu’un seul but : justifier les dépenses faramineuses en armement faites par ces deux puissances au cours des années écoulées.

Durant tout ce temps, l’Alliance se tenait à l’écart de cette mise en scène grotesque et coûteuse en ressources et en vies humaines.

Pour réunir les trois superpuissances au sein d’un même ensemble, il a fallu l’arrivée très opportune d’une menace extérieure : les Thargoids. Ils sont le parfait Deus Ex Machina descendu sur scène au moment où on ne l’attendait plus.

Ainsi, depuis leur “retour”, cette parodie de guerre froide n’a plus aucune raison d’être. Depuis ce moment, les trois superpuissances disposent d’un argument de poids pour présenter un front uni et peuvent justifier au grand jour leurs dépenses en armement.

 

AEGIS, comme le fut l’INRA en son temps, n’est rien d’autre que l’écran de fumée diffusé par le soi-disant Club pour cacher ses réelles intentions.

 

Mais à mesure que le temps passe, à mesure que cette clique déroule son scénario, la fin de la pièce semble de plus en plus évidente.

 

Il y a fort à parier que, dans les prochains mois, nous assistions médusés à la création d’une nouvelle entité politique à l’échelle galactique. Peut-être sera t-elle humaine, peut-être pas, peut-être sera t-elle hybride. Dans cette nouvelle configuration, il est possible que les superpuissances existent encore telles que nous les connaissons aujourd’hui, mais il est tout aussi probable que ça ne soit pas le cas. Peut-être même que les mega-corporation, Sirius Corp comprise, adopteront alors une nouvelle forme inédite.

Et tous les pilotes qui soutiennent avec ferveur telle ou telle superpuissance tomberont de leur siège.

Les chiens aboient et la caravane passe

dans INRA/Rapports indépendants Par

Et voilà donc, une fois de plus, la meute des chacals qui se déchaîne, faisant du même coup le jeu du Club.

 

A peine avions-nous découvert cette base de l’INRA, alors que nous avions expliqué à la communauté des pilotes indépendants comment nous avions procédé, les chacals qui écûment l’Holonet à longueur de journée ou les bars enfumés des stations au lieu de se mettre sérieusement au travail, ces mêmes chacals qui s’étaient déchaînés lors que nos amis les Children of Raxxla avaient tentés de conserver en vie le Cmdr Salomé pour qu’elle puisse nous informer des agissement de ce même Club, ces hordes haineuses, donc, se sont de suite mise à l’oeuvre, accusant copieusement OSIRIS, Wing Atlantis, voir même EfilOne (et à travers lui, les Children of Raxxla une fois de plus) de collusion avec le Club.

 

Pourtant, lorsque le Canonn Interstellar Research Group, en son temps, eut découvert le premier site des Guardians, assez vite il faut bien le dire, ils n’ont pas eu à faire face à de telles accusations. Pourtant, l’historien Drew Wagar a bel et bien rapporté à quel point cette découverte arrangeait les affaires du Club. Et même après la lecture de son dernier ouvrage, personne n’est venu remettre cette découvert du Canonn en perspective avec les coulisses de l’Histoire.

 

Ces accusations qui pleuvent actuellement sur nos têtes on pris encore plus d’ampleur lorsque notre Pravnet chérie a publié la news lapidaire par laquelle elle annonçait notre découverte, ne prenant même pas la peine de nommer Wing Atlantis, OSIRIS, et encore moins EfilOne, comme à l’origine de cette découverte.

On peut sans trop se tromper affirmer que si c’eût été le Canonn qui fit cette découverte, la Pravnet aurait nommé l’organisation ainsi que les pilotes impliqués dans la découverte.

 

Ainsi donc, la meute des chacals se retrouve une fois de plus manipulés comme des pantins.

 

La même meute n’avait pas hésité à tirer à vue sur les Oresrians sans même se poser la question de savoir s’il était juste, ou plus simplement judicieux, de le faire. La meute assoiffée de sang et de mort a promptement répondu aux injonction d’AEGIS, dirigée je vous le rappelle, par un amiral fédéral bien connu pour ses tendances meurtrières.

J’en arrive à hésiter sur la façon de les nommer. Est-ce bien une meute de chacal, ou bien plutôt un troupeau de mouton ?

 

Je vous laisse méditer sur tout cela.

Quand une légende n’en est plus une.

dans INRA/Rapports indépendants Par

Dans ces colonnes, j’ai toujours eu à coeur de rester dans le cadre journalistique. Ceci ne m’a jamais empêché d’exprimer mes opinions, mais personne ne pourra jamais me reprocher de ne pas avoir effectué de sérieuses recherches avant de publier un article dans ce journal.

J’ai également toujours évité les sujets personnels.

 

Mais cette fois, je vais déroger à cette règle.

Le sujet qui va être abordé dans l’article qui va suivre touche directement mon histoire familiale autant que les sujets qui me tiennent à coeur depuis que j’ai commencé à écrire ici.

 

A la fin de la semaine dernière, la rédaction a été contacté par un de ces anonymes qui nous envoient régulièrement des messages supposés être des scoops potentiels. Généralement, après quelques vérifications d’usages, ils s’avèrent ne pas en être, et quelque fois, nous découvrons quelques perles, ce qui nous motive pour les lire tous et engager les investigations qui s’imposent afin de vérifier si l’information est bel et bien aussi lourde que le messagers l’annonçait.

 

Cette fois, le message contenait juste un message lapidaire : les images transmises en pièces jointes vont attirer toute votre attention.

Suivaient les deux images suivantes :

https://i.imgur.com/d9CCykh.jpg

https://i.imgur.com/Dt0JeHA.jpg

Accompagnées de la formule suivante : ceci n’est pas un hermitage, mais ce pourrait tout aussi bien en être un.

 

Ceci nous a alerté car en français, on écrit “ermitage” sans H, alors que c’est le cas en anglais. Peut-être un indice à suivre pour trouver ce site.

 

Mais surtout, ce sont les inscriptions sur les réservoirs et le fronton de l’entrée de la base qui ont attiré toute mon attention : INRA.

 

La dernière fois que j’ai entendu parlé de l’organisation, c’était par mon père, Maximilian Weaver. Et c’est là que cet événement est devenu, en quelque sorte, une affaire personnelle.

 

Du peu que mon père à pu m’en dire, il aurait travaillé pour l’INRA quand il était encore très jeune. La première guerre contre les Thargoids faisait rage, et mon père voulait se rendre utile, alors il s’est engagé. C’était un ingénieur avant toute chose, mais il a quand même suivi toutes les étapes de formation militaire requise pour devenir officier au sein de l’INRA.
Il était tellement motivé par cet engagement qu’il avait même réussi à entraîner avec lui un camarade d’étude, Dreyfuss. C’est lui qui deviendrait par la suite son associé en affaire, avec le succès qu’on sait.

Mais alors, nous en étions encore très loin.

Après sa formation de cadet, une fois ses galons d’officier accrochés à son uniforme, et passées les quelques missions militaires d’usage pour les valider, il fut orienté vers un centre de recherche avancé où ses compétences scientifiques et techniques pourraient être pleinement exploitées par l’organisation.

 

De ce qu’il m’en a dit, il aurait travaillé alors sur un projet de recherche agronomique s’appuyant sur une ingénierie inverse d’artefacts Thargoids. Il ne m’a jamais donné plus de détails que cela, ni où ces recherches avaient lieu, ni avec qui il avait travaillé alors.

 

Tout ce qu’il m’a dit, c’est qu’il avait travaillé avec enthousiasme sur un projet destiné à enrayer le problème de la sous nutrition, et que l’équipe dans laquelle il était intégré avait obtenu des résultats probant, jusqu’à ce qu’un jeune scientifique découvre que leurs découvertes pourraient également servir à détruire les Thargoids. Comment peut-on supprimer la malnutrition d’un côté et provoquer un génocide de l’autre, avec la même découverte, a toujours été quelque chose qui m’a interrogé.

 

Toujours est-il que lorsqu’il apprit que les résultats des recherches de l’équipe dans laquelle il travaillait allaient servir à développer une arme de destruction massive, il demanda sa mutation dans l’équipe qui allait développer cette arme.

 

J’avoue que cela ne ressemble pas beaucoup à l’image que je me fais de mon père. J’ai toujours eu en mémoire un homme empreint d’humanisme et de haute valeurs morales. Mais il m’apprit que c’était afin de pouvoir être aux premières loges lorsque l’arme serait finalement finalisée.

 

Finalement, il subtilisa les plans de l’arme, les formules et recettes de fabrication liées à l’ingénierie génétique qui ont permis le développement de cette arme, que nous connaissons tous aujourd’hui sous le nom de “Virus Mycoid”.

 

Une fois en possession de tous les éléments permettant de reproduire le mycoid, il quitta l’INRA et entra dans le civil.

Personne n’eut jamais aucun soupçon à propos de son vol.

 

C’est plusieurs dizaines d’années plus tard, une fois à la tête d’une compagnie florissante, qu’il se rapprocha de compagnies membres de l’Alliance, leur parla de ce qu’il possédait, et qu’il savait comment produire une antidote. C’est comme cela, m’a t-il dit lorsque j’étais encore jeune homme, qu’il fut à l’origine du développement d’une antidote au virus mycoid qui permit à l’Alliance d’établir des relations solides avec certains Thargoids.

 

Aujourd’hui, avec le recul que me donne l’âge, je me dis que tout ceci pouvait être constitutif de la légende personnelle que mon père voulait se construire.

Après tout, jusqu’à maintenant, l’INRA était une légende, le virus mycoid tout autant, et ainsi de la première guerre contre les Thargoids.

 

Sauf que des éléments publiés dans notre Pravnet adorée depuis plus d’un an nous disent clairement que non, la première guerre contre les Thargoids a bien eu lieu.

 

Et les images qu’on nous présentait semblaient démontrer que l’INRA n’était pas non plus une légende, et ainsi du virus mycoid.

 

J’ai rapidement pris contact avec le Cmdr Aymerix, de Wing Atlantis, pour lui parler de tout ça. Il a transmis ces informations à Mme Alvina de Messalina, leur dirigeante. Elle a très vite pris contact avec moi directement pour me dire qu’elle lançait une opération de Wing Atlantis afin de découvrir cette base de l’INRA abandonnée au plus vite.

 

De mon côté, je lui ai assuré de toute le soutien que pourrait lui apporter les équipes d’OSIRIS.

Et ainsi, quelques heures à peine après réception de ce message, nous étions partis en quête de cette base abandonnée.

Il ne nous a pas fallu plus de quelques jours de recherches pour la trouver. Certains diront que ce fut bien rapide. Mais ils n’ont aucune idée des ressources et du nombre de Cmdrs mobilisés pour l’occasion. Tout ceci n’a été rendu public que 2 jours après que l’opération avait été lancée, pour des raisons évidentes de sécurité. Et bien entendu, des membres de ceux qu’on appelle le Club, ou à tout le moins, des personnes manipulés par eux, sont intervenus massivement pour tenter de discréditer la découverte du site qui eut lieu à peine quelques heures après que nous ayons rendu cette opération publique, soit le lundi 9.

 

Je me suis empressé de me rendre sur place. Je dois avouer que cela faisait bien longtemps que je n’avais ressenti une telle excitation. Sur le moment, j’avais 20 ans !

 

Les Cmdr EfilOne, Yuksarr et Klingsor étaient avec moi. C’est EfilOne qui trouva le site le premier, et à peine une dizaine de minutes plus tard, Yuksarr, Klingsor et moi étions sur place.

 

Nous avons pu pirater les liaisons de données montantes installées un peu partout sur le site. Et la lecture des journaux m’a plongé dans la plus profonde stupéfaction.

Etait-ce mon père qui était évoqué dans ces journaux ? J’en doute. Le jeune homme dont il est question semble assez éloigné des valeurs de mon père. Assez curieusement, il semble partager plus  de valeurs avec la directrice de recherche du site qu’avec ce jeune homme. Peut-être, donc, est-ce grâce à cette femme que mon père aura pu rejoindre les équipes qui ont plus tard développé ce virus meurtrier, qui sait. Je ne dispose d’aucun souvenir et aucune traces me permettant d’aller plus loin. Je dois même avouer que ces journaux semblent plus m’en avoir appris sur mon père que tout ce qu’il aura pu me dire de son vivant.

 

J’espère pouvoir être encore là lorsque la base suivante sera découverte. Il va sans dire que Wing Atlantis et OSIRIS, ainsi que certains de nos amis proches, mènent actuellement des investigations approfondies sur la question.

 

Je pense que j’aurais l’occasion de revenir sur tout cela dans les prochaines semaines.

Pour l’heure, j’ai besoin d’un peu de temps pour digérer toutes ces informations et les mettre en perspective avec tout ce que nous avons pu découvrir à la rédaction de The Onionhead.

 

Merci de votre lecture.

[Breaking News] « La Main de Dieu » protège t-elle The Pilots Federation ?

dans Fédération des Pilotes/Indépendants/Rapports indépendants Par

Une fois n’est pas coutume, nous allons évoquer la très discrète Operation Burn Elites.

 

Nos lecteurs assidus le savent déjà, nous suivons de près les opérations menées actuellement qui ont pour but de mettre au grand jour l’existence de ce Club très secret agissant dans l’ombre et manipulant les superpuissances et les mega-corporations dans le but de voir aboutir un agenda dont nous ne savons absolument rien.

 

Jusqu’ici, nous avons surtout parlé de Operation Sirius Business, Singularity Movement, Protest Against Wreaken, et enfin Deus Ex Machina Initiative.

 

Deus Ex Machina Initiative a développé un cadre de mutualisation des ressources. Dans ce cadre, Singularity Movement et Operation Burn Elites ont pu se déployer, avec un certain succès pour Singularity Movement.

Operation Burn Elites restait très discrète, quant à elle, et avait peu répondu à nos demandes répétées d’informations les concernant.

Nous étions donc cantonné à examiner à la loupe le jeu des influences dans les systèmes sous le contrôle de The Pilots Federation, et ceux dans lesquels la faction est présente.

 

Nous pensions en toute bonne foi que Operation Burn Elites peinait à démarrer car depuis son lancement le 16 juillet 3303, aucun changement notable n’a pu être constaté par nos équipes examinant le jeu des influences dans ces systèmes.

 

Hier, le porte-parole de Operation Burn Elites a pris contact avec nous afin de porter à notre connaissance un certain nombre de points assez troublants:

 

“Dès le lancement de l’opération, le 16 juillet, des Cmdrs revenant d’une longue exploration ont débuté le travail sur les influences suivant une feuille de route bien établie et planifiée en détail. Ils ont vendu près de 400 millions de données d’exploration dans les systèmes où The Pilots Federation est présente dans le but d’y déstabiliser son influence. Notre objectif majeur étant de faire sortir The Pilots Federation de tous ces systèmes, il nous faut en passer par la guerre avant de pouvoir les mettre en état de retraite, et pour ce faire, il faut jouer avec les influences des uns et des autres au préalable. C’est ce que ces explorateurs ont fait en vendant leurs données à des factions précises dans chacun des systèmes cible, à raison de 5 à 10 millions par jours chacun, effectuant une rotation journalière jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rien à vendre. Près de 400 millions ont été ainsi revendu et nous nous attendions à ce que cette première phase ait un impact significatif. Cette phase a duré un peu plus d’une semaine. Or, nous n’avions constaté aucun changement. Nous savons que le système de mise à jour de l’affichage de ces changements d’état peut parfois montrer quelques faiblesses, aussi cela ne nous a pas particulièrement alerté et nous sommes passé à la seconde phase de nos opérations. Cette fois-ci, plus d’une quarantaine de pilotes ont été impliqués dans divers activités, toujours en suivant notre feuille de route. A ce jour, nous n’avons constaté aucun changement notable dans le niveau des influences de nos cibles, ce qui est tout bonnement impossible !”

 

Graphiques à l’appui, il nous a montré qu’effectivement, les courbes d’influence des systèmes où The Pilots Federation est présente ou en position de contrôle n’ont pas bougé de plus d’un dixième de pourcent depuis le 7 juillet dernier, date à laquelle The Pilots Federation s’est étendue à Eravate et quelques autres systèmes environnant, faisant suite à l’opération communautaire qui s’est conclue le 29 juin 3303. Les influences des autres factions de ses systèmes fluctuent normalement, ce qui est d’autant plus troublant.

 

Il n’est pas impossible que ce soit juste l’accès aux données qui soit bloqué, nous donnant cette impression d’immobilité totale, ou alors, il s’agit de tout autre chose qui nous échappe totalement.

 

Si c’est là ce que le Club a trouvé de mieux à faire pour préserver The Pilots Federation, on peut dire qu’il n’a pas agit là dans la discrétion qui le caractérise d’ordinaire.

Ces manipulations sont en effet très grossières et d’une totale maladresse.

Elles nous mettent en position de pouvoir affirmer sans trop prendre de risque de se tromper que, contrairement à ce que certains ont pu dire, The Pilots Federation est bien une pièce de choix dans la stratégie mise en place par le Club pour réaliser ses objectifs.

Le Club serait-il sur le point de sortir de l’ombre ?

dans Alliance/Communauté/Empire/Federation/Palin/Rapports indépendants/Thargoids Par

Voici maintenant plusieurs semaines que la rédaction examine avec la plus grande attention les événements qui se produisent dans Pleiades Sector.

Si vous êtes un de nos lecteurs assidus, vous aurez certainement noté quelques articles qui faisaient état de quelques changements quasiment passé inaperçus mais d’une grande importance, tout du moins pour ce qui est de la finalité qu’on est en droit de leur supposer compte tenu des éléments en notre possession, éléments que nous avons portés à votre connaissance.

Si ça n’est pas le cas, nous vous conseillons de lire les articles suivants :

 

Les Thargoïdes sont de retour !

Oresrians, Singularity mouvement, Blocus de Procyon

Wreaken Wrecked

Libérez Palin !

Le mensonge derrière l’opération communautaire

Breaking News : L’Oracle de Pleiades Sector

[Latest News] Outbreaks, Sirius, Pleiades Sector

[Breaking News] Présence très affaiblie des fédéraux à Maia

 

Rappel des faits.

 

Le 17 juin 3303, on nous a claironné que les Thargoids étaient de retour, ce qui est probablement vrai, si on en croit ce que nous avons pu découvrir plus tard.

C’est la façon dont ce retour nous a été annoncé qui est quelque peu problématique.

Vous pouvez lire le détail de tout cela dans l’article Les Thargoïdes sont de retour mais nous allons quand même prendre ici quelques minutes pour expliquer tout ça.

Un signal de détresse a été reçu par quelques Cmdrs pointant sur le système HIP 17044. Dans ce système fut découvert les épaves encore fumantes d’une flotte fédérale composée de croiseurs Farraguts, de Federal Corvettes et de leurs escortes habituelles. Pas un vaisseau en état de voler, plus aucun survivant. Les traces sur ces vaisseaux laissaient supposer que l’attaque avait été menée à l’aide d’armes totalement inconnues. Une balise de communication a été retrouvée sur le site, totalement intacte, et émettant en boucle : Les Thargoids sont de retour. Cependant, un examen attentif de l’épave d’un des croiseurs a permis de capter un message crypté. Une fois décrypté, ce message évoquait l’attaque en disant qu’elle avait été menée par des vaisseaux de nature inconnue. Notons que quelques temps plus tôt, le Pr Palin avait indiqué que ce que nous nommions jusqu’à lors “vaisseaux inconnus” étaient en fait des vaisseaux Thargoids. Nous ne pouvons pas douter du fait que la chaîne de commandement à bord de ces croiseurs avait cette information à l’esprit lorsqu’elle a dit être attaquée par des vaisseaux inconnus. Sauf à avoir vécu reclus hors de toute information, la hiérarchie du bord savait que ce que nous nommions jusqu’ici “vaisseaux inconnus” étaient des vaisseaux Thargoids. Donc pourquoi avoir parlé de vaisseaux inconnus concernant leurs assaillants ? La rédaction de The Onionhead pense, pour sa part, et jusqu’à preuve du contraire, que ce convoi n’a pas été attaqué par des Thargoids et qu’on veut nous le faire croire. Et il semble bien que ça marche. A la suite de ces découvertes, personne ne remit en cause la version officielle nous annonçant que les Thargoids avaient attaqué et totalement détruit ce convoi. Notons également que ce convoi transportait le fruit du larcin d’un commando fédéral, des données volées au Pr Palin peu de temps avant.

 

Dans le même temps, Pleiades Resources Enterprise poursuivait son expansion dans Pleiades Sector au nom des intérêts fédéraux.

 

C’est également durant cette période que le dernier message transmis par le Cmdr Salomé fut retrouvé, son testament en quelques sortes. Dans ce message, elle confirmait les journaux de Teorge que Raan Corsen, Tsu Annabelle Singh et Yuri Nakamura avait pu transmettre le 29 avril 3303, journaux enregistrés par Rebecca Weston. L’une et l’autre disait qu’une organisation tapie dans l’ombre, très puissante, manipule encore aujourd’hui les mega-corporation et les superpuissances dans le but de réaliser un agenda dont la finalité nous est totalement inconnue.

 

Les choses sérieuses commencent.

 

Le 3 juillet 3303 débutait Operation Sirius Business répondant à l’appel posthume de Salomé en s’attaquant à Sirius Corporation.

Le jour suivant, c’était au tour de Deus Ex Machina Initiative (voir l’article  Libérez Palin !) de débuter. Cette dernière n’est pas une opération à proprement parler mais regroupe un certain nombre d’opération en cours ou à venir destinées à pousser l’organisation agissant dans l’ombre évoquée par les Cmdrs Weston et Salomé à en sortir. Visiblement, Deus Ex Machina Initiative faisait suite aux divers éléments rendus publics dans nos colonnes.

Plusieurs opérations sont donc menées conjointement et de façon coordonnées :

Singularity Movement, demandant que les fédéraux quitte Pleiades Sector et lève l’assignation à résidence pesant sur le Pr Palin (voir les articles Oresrians, Singularity Movement, Blocus de Procyon, et Libérez Palin !), et Operation Burn Elites (voir l’article [Latest News] Outbreaks, Sirius, Pleiades Sector), reprenant les mêmes revendications que celles annoncée par Singularity Movement, associées à celles de la levée des permis nous empêchant d’accéder à Col 70 Sector (voir l’article Wreaken Wrecked), Barnard’s Loop, Regor Sector et au système HIP 22460.

 

Operation Sirius Business a fait beaucoup de bruit car elle avait été menée de façon assez efficace.

De son côté, Singularity Movement ne disposait pas des même moyens humains et matériels si bien que ces débuts ont été un peu plus difficiles. Une première victoire avait suivi de près la création du mouvement lorsque ses combattants avaient pu mettre en déroute le croiseur Farragut posté à Maia. Mais ça n’était suffisant pour parler de victoire décisive.

Cette victoire s’est produite avant-hier. Aujourd’hui, Pleiades Resources Enterprise ne contrôle plus du tout le système Maia.

 

La lumière est la chose qu’ils craignent le plus.

 

Entre le début du mois de juillet et la fin de ce même mois, nous avons assisté à un changement de stratégie de déploiement de la part de ce Club.

Voyant que sa pièce principale dans Pleiades Sector, Pleiades Resources Enterprise, allait être en difficulté, et ne souhaitant pas que la Fédération apporte un soutien trop voyant à la corporation, un nouvel élément fut déployé dans ce secteur stratégique : The Oracle.

The Oracle est un mega-ship contrôlé par une mystérieuse corporation nommée I.P.S.A.L. Project. Deux autres corporations toute aussi inconnue et tout aussi indépendante ont également leurs bureaux dans le mega-ship : Janus Incorporated et Rational Logistics.

Nous avons immédiatement évoqué tout cela dans nos colonnes (voir l’article L’Oracle de Pleiades Sector), indiquant que, puisque les manoeuvres du Club, par l’entremise de la Fédération, via Pleiades Resources Enterprise, étaient maintenant révélées en pleine lumière, il n’avait plus d’autres recours que de déployer de nouvelles pièces sur l’échiquier, inconnues jusqu’ici. Ceci s’est confirmé avec l’arrivée très récente de Abroin Universal PLC sur la scène.

Toutes ces corporations partagent les mêmes traits.

Elles sont nouvelles, inconnues du grand public et elles s’affichent comme étant indépendantes.

Cependant, il suffit de suivre l’argent pour réaliser que ça n’est pas le cas.

I.P.S.A.L. Project, Janus Incorporated et Rational Logistics proposent toutes trois des missions à destinations de systèmes dans Pleiades Sector contrôlés tout aussi bien par la Fédération que l’Empire tandis que l’opération communautaire lancée récemment par Abroin Universal PLC témoigne clairement de son allégeance à l’Alliance.

 

Tout ceci n’est qu’écrans de fumées cachant d’autres écrans de fumée destinés à cacher un agenda que cette organisation tient à tout prix à conserver secret, quitte pour cela à tuer en toute impunité.

 

Aegis.

 

Et voici qu’aujourd’hui même, notre Pravnet chérie nous annonce la création d’une organisation, Aegis, dont le but serait purement scientifique ! N’oublions pas que dans l’antiquité, sur Terre, Aegis était le bouclier qui rendait le dieu Zeus invincible car la tête de Medusa était placée en son centre et qu’elle pétrifiait quiconque la voyait.

Aujourd’hui, le Club nous montre qu’il a décidé de se cacher en pleine lumière !

 

Mais nous ne sommes pas dupes.

 

Quand la Pravnet écrit : Certaines voix s’élèvent toutefois pour souligner le manque de coordination générale. Nous lisons : de nombreuses opérations destinées à déstabiliser nos efforts en vue de réaliser notre agenda se déroulent actuellement, cela doit cesser.

Quand elle poursuit : Si je ne peux qu’applaudir toutes les initiatives consacrées à l’étude des Thargoids, il me paraît évident que nous serons bien plus efficaces si nous présentons un front uni. Nous lisons : Bravos les gars, vous êtes bien plus efficaces que nous le pensions et nous vous avons sous-estimés, nous ne ferons plus cette erreur et cette fois, nous allons vous opposer un front uni.

 

Nous pouvons aujourd’hui dire sans prendre trop de risque de nous tromper que le Club est composé de membre éminent de la Fédération, de l’Empire, de l’Alliance et de mega-corporations (Sirius et Wreaken Construction & Mining, ou encore Bank of Zaonce, pour ne parler que des plus évidentes).

Nous pouvons également dire que ce Club a un agenda à mettre en oeuvre dans lequel vous et moi ne sommes que des pions que l’on peut éliminer à loisir s’il devient gênant et si l’occasion se présente.
Enfin, nous avons toutes les raisons de douter de la bienveillance de ce Club à l’égard des quelques 6 billions d’âmes qui peuplent notre galaxie, sinon cet agenda sera connu de tous, soumis à l’approbation de tous, sans aucune peur qu’il soit refusé ou modifié.
Une menace pèse sur l’humanité actuellement, et cette menace n’est certainement pas celle d’une invasion des Thargoids, mais plutôt l’absence de transparence et la volonté de puissance de quelques individus riches et disposant d’un grand pouvoir.

 

Qui sait ce qu’ils seront capable de faire ?

 

Cet article sera probablement mis à jour si le besoin s’en fait sentir.

[Breaking News] Présence très affaiblie des fédéraux à Maia

dans Federation/Indépendants/Palin/Rapports indépendants/Thargoids Par

Singularity Movement marque des points à Maia.

Certes, Pleiades Resources Enterprise est encore présent dans le système, mais plus aucune entité fédérale n’est en position de contrôle dans le système depuis cette nuit.

Une victoire majeure pour Singularity Movement dans son effort pour libérer Maia de toute présence fédérale !

Il y a deux jours, alors que les combats faisaient rage entre The Ant Hill Mobs et Pleiades Resources Enterprise dans le système, ces derniers faisaient tout pour conserver un pied dans le système. Seul l’outpost Maia Point était encore sous leur contrôle et ils n’entendaient pas le laisser filer entre leurs doigts aussi facilement. Ils ont donc concentré toutes les forces présentes dans le système pour défendre cet outpost.

C’est alors que le coordinateur général lança un appel de mobilisation des troupes de Singularity Movement : « Une victoire aujourd’hui et demain, plus aucune base fédérale à Maia ! »

Le même appel a été lancé au sein du hub de communication de Deus Ex Machina Initiative. Bien qu’occupés autour de Shinrarta Dezhra, des pilotes participants à l’opération Burn Elites ont néanmoins été détachés en renfort des troupes engagées par Singularity Mouvement dans cette bataille décisive.

Toute la journée d’hier, et toute la nuit, des combats acharnés ont fait rage, faisant de nombreuses victimes côté fédéral. Mais les feds ont finalement abandonné la partie.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune base sous contrôle fédérale à Maia !

Qui aurait parié il y a encore quelques semaines qu’une telle chose soit possible ?

Une superpuissance plie le genoux devant un groupe de pilotes indépendants et qui n’est pas composé, pour l’essentiel, de combattants chevronnés.

 

Le 20 juillet dernier, le président fédéral Zachary Hudson promettait à qui voulait bien le croire que la Fédération allait protéger l’humanité contre la « menace d’une espèce non humaine agressive« , alors qu’il n’a pas les moyens de conserver le contrôle du moindre cailloux flottant dans un système situé dans la proche banlieue des Core Worlds.

Un mois plus tôt, une manœuvre grossière ayant consisté à faire croire à toute la Galaxie que le convois des voleurs fédéraux des données du Pr Palin avait été entièrement détruit par une attaque Thargoid, alors même que de sérieux doutes planent encore aujourd’hui sur le sujet, avait abouti à la consolidation de la position du président fédéral au sein du Congrès. Une majorité s’était alors retrouvée sur la question de l’augmentation des budgets militaires. Pourtant, les observateurs avertis de la vie politique fédérale avait indiqué que cette unité était plus que précaire.

 

Nul doute qu’elle le sera bien plus encore lorsque des voix au Congrès s’élèveront pour demander des comptes au président sur l’usage qu’il a fait ces dernières semaines de cette augmentation des dépenses militaires. Ceci va faire les affaires de la présidente de l’opposition, Felicia Winters, à n’en pas douter, tout comme celles des partisans d’un retour en grâce de Jasmina Halsey au sein du Congrès.

Cependant, nous ne devons pas oublier que tout ceci fait bien plus encore les affaires de notre cher Club. Il se frotte les mains. Hudson est, certes, si avide de pouvoir qu’il est facile à manipuler. Mais sa politique va-t-en-guerre grossière ne fait plus illusion et le Club finira par le faire tomber en disgrâce. On peut même supposer que les pièces qui lui sont nécessaires pour poursuivre son agenda sans Hudson soient déjà en place dans Pleiades Sector (relire http://le-piaf.ovh/2017/07/21/latest-news-outbreaks-sirius-pleiades-sector/ et http://le-piaf.ovh/2017/07/14/breaking-news-loracle-de-pleiades-sector/).

 

[Edit] L’actualité étant ce qu’elle est, un flot qui coule à toute allure, nous avons publié un nouvel article qui fait suite à celui-ci.

Retour Haut de page