Galnet? Aux oubliettes ! Le Piaf, journal satirique galactique.

Author

Pew Pew

Pew Pew has 5 articles published.

La leçon du primate

dans Indépendants/Thargoids Par

Il était une fois, il y a bien longtemps, un primate surveillant d’un œil méchant un étranger qui venait d’arriver au seuil de sa grotte. Il faisait nuit, le tonnerre grondait et des éclairs déchiraient le ciel. Au sol de la grotte, empestant l’urine et le sang, s’étalaient les restes d’une viande à peine cuite faute d’une expérience qui prendrait des générations. Il n’y avait pas si longtemps ce primate se contentait de ce qu’il cueillait et ramassait. Puis il avait découvert comment tailler un bout de bois pour piquer et tuer des proies. Il avait amélioré le concept en taillant une pierre qu’il avait fiché au bout d’une lance. C’était bien plus efficace, c’était bien plus mortel. Ça avait prit des siècles.

En ce jour froid d’automne, perdu dans les limbes verdoyante d’une forêt s’étendant jusqu’à l’infini, le primate découvrit un visage inconnu. « L’autre » se tenait debout au seuil de la grotte….de LEUR grotte. Cet étranger n’était pas de la même tribu. Il était différent, il était moche et il ne sentait comme les autres. C’était une créature dangereuse dont la tête devait à tous prix être écrasée par le galet que le primate tenait dans sa main droite. Discuter ? Impossible, il ne parlait pas le même langage. L’inviter à entrer ? Ridicule, il prendrait la viande, les femmes et tuerait les enfants. Il fallait se battre pour la survie de l’espèce, cet instinct viscéral et si puissant qu’il poussa notre primate vers sa cible en hurlant de rage.

Personne ne se souvient de cette grotte, des membres broyés de l’étranger, de ses dents fièrement portées au cou du chef de la meute vainqueur d’un combat qui n’était que le premier d’une immense série. Tout le monde oublia cette soirée tragique d’automne au milieu d’une forêt luxuriante de la vieille et lointaine Terre. Les millénaires se sont égrainés, le primate a apprit, érigé des maisons, des routes, des murs et cathédrales, fondé et détruit des empires. Il a découvert l’atome, sa fission et sa fusion, il a rasé des peuples, lancé des hommes fouler la poussière lunaire, créé des firmes capables d’envoyer des vaisseaux mondes au nom de la survie de l’espèce. Et à chaque fois qu’un étranger s’est présenté au seuil de la grotte, qu’il soit un étranger, un virus ou une bactérie, il s’est arrangé pour le dominer, par la voie de la force, de l’intelligence et de la science.

Quelle incroyable chance, quelle bonne étoile il a toujours eu ce primate, plus que la plupart des autres espèces.

Assis sur des millénaires d’héritages et de traditions, il pense avec un orgueil sans limite que ce sera toujours ainsi. Ainsi, l’arrivée d’une créature appelée Thargoid, debout au seuil d’une grotte dont les limites sont celles du cosmos, fait réagir le primate comme il l’a toujours fait. Il veut vaincre.

C’est maintenant l’heure où les plus grands primates de la galaxie se réunissent pour envisager toutes les possibilités. Même s’ils appartiennent à des tribus différentes et ennemies, l’enjeu est tel qu’ils font des concessions, au diable leurs anciennes querelles, au diable ces milliards de vies balayées au nom du plus fort et de l’intérêt des habitants de la grotte. Il est l’heure de se concentrer sur cet étrange Thargoid et d’envisager comme on va l’évincer, l’utiliser, faire mine de le comprendre pour finalement triompher et s’assurer de la survie de l’espèce.

Car la leçon est que ce primate ne peut pas envisager la disparition de son espèce. Son cerveau en est tout simplement incapable. C’est sa force, grâce à elle il est toujours là, qu’il s’appelle Président, Premier Ministre ou Impératrice. C’est sa force, mais c’est peut-être aussi sa plus grande faiblesse.

Parce qu’un jour, le primate pourrait bien finir par tomber sur plus fort que lui.

 

Benêt de bain

dans Rapports indépendants Par

Quelle belle période que celle des mois de juillet et août ! Un peu partout, dans notre chère voie lactée, se la coulent douce des milliards d’humains profitant de ces périodes fastes aux congés pour faire une pause dans leur vie. Selon que ce soit l’hiver ou l’été, les destinations de tourisme et de loisirs ne manquent pas. La fréquentation des vaisseaux Saud Kruger bat son plein. Les croisières s’amusent à visiter quelques sites cocasses ou « dans le vent ». Les stations de tourismes affichent complet !

Allons jeter un œil sur ces bases étranges, claquons nos quelques derniers crédits pour nous en mettre plein la vue, pour rapporter à nos familles quelques petits souvenirs fabriqués à cent années lumières de là « Made in Sirius Corp ».

 

Qu’il soit ludique, sportif, sexuel ou autre, le tourisme occupe tous les corps et les esprits en ce beau mois de juillet 3303..et ce n’est que le début !

Tout ce beau monde, flottant dans la piscine géante d’un Beluga en direction d’une nébuleuse « m’a-tu-vu », passe du bon temps. Quelle belle période nous avons là ! Vous avez envie de faire main basse sur un système ? foncez ! Vous souhaitez construire un nouvel outpost au nez et à la barbe de toute opposition : pas de soucis, la voie est libre.

La population galactique a posé sur son chef son benêt de bain de saison et oublie tout, que ce soit le nom de Salomé ou bien celui de ces pilotes qui avaient promis de se battre, bec et griffes, contre les ennemis de l’humanité. Et où sont-ils d’ailleurs ceux-là ? Très certainement envolés vers des congés bien mérités laissant derrière eux la porte grande ouverte aux incertitudes et aux dangers. Enfin bon, peut-être pas tous, mais chut, il ne faut pas le dire.

Mais tout va bien, Madame la Marquise, tout va très bien. Continuez à vous prélasser sur votre séant en regardant les beautés de l’univers et ne vous souciez pas de ce qu’il pourrait bien se passer. C’est bien connu, c’est l’heure de la trêve estivale ! Il faudrait juste s’assurer que les marionnettistes et autres races aliens de tous poils soient du même avis que vous…mais rien n’est moins sûr.

Non, l’humanité n’a pas baissé sa garde, voyons ! Oui, les « gardiens » ont apposé à l’entrée de leurs stations « en vacances » ! Et alors ? Qu’est-ce qui pourrait bien nous arriver ? On se le demande !

 

Allez, mettons notre crème ou tenue de sport favorite et laissons ces « dossiers » traîner jusqu’en septembre… c’est bien ainsi que ça s’est toujours passé non ?

La diplomatie de la girouette

dans Indépendants Par

En voila une belle, de girouette ! De celles qui tournent en rond en cherchant un semblant de sens à sa vie. Le Consilium, au milieu de la tourmente, tire tous azimuts. Débordé par la gestion de ses systèmes, tombant dans une bureaucratie aussi pesante qu’affligeante, « L’Elite de Bière » finit par se fâcher avec tout le monde. Après avoir couché avec la Fédération pour obtenir quelques grâces en vue d’un projet destiny devenu aussi moribond qu’un zombie sur le déclin, c’est avec l’Empire que le Consilium se fâche officiellement. La « Douche froide » est servie par un « représentant » de l’Empire. Ce dernier n’est autre que Madame Lavigny-Duval elle-même ! Vox Vertias a maquillé son crime quelques heures après la parution de son article, réinventant la réalité en remplaçant Mme Lavigny-Duval par un simple « représentant » dans son article du 15 juin 3303.  Comme il est pratique de s’arranger de la vérité. La Voix de la Vérité ? Laissez nous rire !
Vox Veritas prouve, une fois encore, que cet organe de presse est aussi honnête qu’un arracheur de dents. Vous voulez une preuve ? Regardez la barre d’adresse de l’article ! Non content de mentir, Vox Veritas fait preuve de son « génie » en la matière !

Dont acte, L’Empire à dans le collimateur les corbeaux. Pas étonnant puisque ces derniers se sont alliés aux Ice Storm Squadron contre l’Empire. Le Consilium aurait-il choisi son camp renonçant une fois pour toute à son indépendance officiellement affichée ? Et oui, messieurs du Consilium, il n’est pas facile de faire de la diplomatie, ça impose des choix. Non, visiblement les vôtres sont de tourner au gré des vents pour servir vos intérêts sans avoir de cap, d’objectif auquel vous tenez.

 

La grande question est donc maintenant de savoir si l’emblème des Black Birds est bien le corbeau ou plutôt un coq, un pieu enfiché dans le séant, tournant sur lui même en faisant le fier. Vous voulez être dans le vent, Messieurs du Consilium ? Méfiez-vous, le vent ça tourne et ça tombe !

La preuve :

Victory Crasse

dans Indépendants Par

Le Consilium, organisation célèbre sévissant à Munfayl et environs, vient de gagner un nouveau système. Il y a maintenant plus de vingt systèmes dans l’escarcelle des oiseaux noirs. D’une entreprise de défense galactique à l’essor d’une multinationale omniprésente, quel fabuleux chemin parcouru pour ces ex moines-chevaliers ! Il y a plusieurs choses qui dérangent, à commencer par leur symbole. De l’oiseau il reste surtout maintenant celui d’une pieuvre dont les bras poussent au gré des expansions. Mais où s’arrêteront-ils ? Dans quel but, vers quel système se porte le regard de ceux qui, initialement, fixaient simplement l’Horizon à la recherche de cibles extra terrestres.

Oui, le Piaf a une histoire avec ces corbeaux là, et nous continuerons à les surveiller !

Festivités en ce 12 juin pour la remise de médailles-gadgets en hommage à l’annexion de Venegana. elles ont été distribué comme des petits pains par le pantin de service autour d’un discours aussi vide que les coupes de champagne servies lors de cette énième cérémonie des anciens combattants. Victory Cross, Le Piaf aurait préféré Victory Crasse, mais personne n’est parfait !

Allez, levons nos verres et…évitons de baisser la tête, on ne sait jamais ce qui pourrait tomber du ciel, les piaf ça chie en vol !

Le Piaf va vous faire chanter !

dans Divers Par

Le Piaf se lance, il quitte son nid douillet pour parcourir la Galaxie. Son but est simple, il se résume en un mot, un seul : Indépendance. Nul besoin de vous donner une définition de ce mot n’est-ce pas ? Le Piaf est clairvoyant, il ne s’attache à rien, il ne dépend de personne et les journalistes du Piaf sont libres, anonymes, mais pour autant des plus sérieux. Ils vont vous conter des histoires, vous révéler des choses, mener des enquêtes et faire éclater la Vérité si besoin. Le Piaf ne craint rien ni personne, il va juste se contenter de piailler aux oreilles de ceux qui jouent les sourds, piquer du bec les susceptibles et, d’un petit battement d’aile, déclencher des ouragans de l’autre côté de la bulle.

Vous êtes prévenus !

 

Retour Haut de page