La marque de l’infamie

dans Indépendants/Rapports indépendants Par

My appologizes to all our english readers. This article will be french only once again. As usual, if you really want to read it, you can use the automatic translating tools provide by the holofac. It will not be as accurate as a human translation, but it is more than nothing if you’d definitively wanted to read it.

 

Aujourd’hui, il ne sera pas question d’écrire un article journalistique. Ce qui suit tiendra plus de l’éditorial et du témoignage.

 

Tandis que Wing Atlantis, OSIRIS et les Children of Raxxla étaient encore à rechercher les bases de l’INRA, le Conseil d’OSIRIS décidait qu’une fois tous les sites découverts, il faudrait lancer une campagne d’étude approfondie de chaque d’entre eux.

Nous avons très vite organisé cela et avons annoncé le lancement de ce chantier de fouille il y a à peu près deux semaines à plusieurs groupes, dont Wing Atlantis.

 

Pendant ce temps, la politique interne de la faction francophone Black Bird s’agitait au point de voir une révolution éclater. Je vais vous épargner les détails, vous pouvez les lire en cliquant ici.

 

Il était prévu que nous débutions les fouilles dès hier soir.

Bien sûr, compte tenu des échanges que j’avais pu avoir, tant avec leur “journaliste” Blondin qu’avec leur rédacteur en chef, j’avais senti naître un climat de tension qui aurait pu mettre en danger les scientifiques qui allaient participer aux fouilles, aussi le Conseil d’OSIRIS a décidé qu’il fallait que des escortes armées nous accompagnent pour sécuriser les sites ainsi que l’espace aérien au-dessus d’eux.

 

Ayant d’excellentes relations avec les membres francophones de The Armada of Light, j’ai donc naturellement fait appel à leur service afin d’assurer ma sécurité si bien qu’hier soir, ce sont trois pilotes, combattants confirmés, faisant également partie des combattants d’élites de The LOSP, Thalion, qui se sont joints à moi et ont assurés ma protection tout au long de la soirée.

Sans leur présence et leur talents, je n’écrirais probablement pas ces lignes aujourd’hui.

 

En effet, après avoir réalisé des clichés généraux de chacunes des bases, nous avons décidé de tous nous retrouver sur le site situé dans le système Alnath.

 

Je dois cependant faire mention d’une chose curieuse que j’ai noté durant la réalisation de ces vues d’ensembles. J’avais pris en charge le cliché du site #2, à Hermitage. Et en arrivant, j’ai vu un Sidewinder jaune posé juste à côté de la base. En scannant le vaisseaux, j’ai vite compris qu’il appartenait à Mr Blondin lui-même. C’est le premier indice qui m’a fait comprendre que nous ne serions pas seuls durant les fouilles. Mais revenons à Alnath.

 

Après avoir pris quelques détours, m’adaptant à la portée de saut de mon escorte, nous sommes finalement arrivés dans le système.

Une fois sur place, et tandis que j’étais en vocal sur l’holofac privé de Wing Atlantis avec le reste de l’équipe de fouille, on me signalait la présence de pilotes identifiés comme faisant partie du Black Bird.

En outre, nous avons eu la chance de disposer d’une taupe en leur sein. Je tairais son nom afin de préserver sa couverture, mais il pouvait accéder à l’holofac privé des BBS et nous faisait un tableau relativement complet du déroulement de l’opération qu’ils étaient en train de réaliser, une opération de type Search and Destroy. Cet agent infiltré n’a pas pu alors nous indiquer le nom de leur cible mais il nous a donné les noms de tous les commanders participants à l’opération.

Cette identification a été confirmée par les scientifiques arrivés sur site et qui voyaient quelques pilotes BBS sur site qui semblaient en attente de quelqu’un de précis. L’équipe engagée dans leur operation Search and Destroy sur site n’était pas au complet, laissant entendre que d’autres pilotes devaient attendre hors de portée des radars et prêt à intervenir le moment venu, chose qui se vérifiera plus tard. Cette identification visuelle nous a également permis d’identifier la composition de leur flotte, et donc, d’avoir une idée générale de la tactique qu’ils allaient employer.

 

Mon escorte m’a demandé de m’approcher au plus près du site afin de leur permettre de droper sur moi, mais en gardant une altitude suffisante pour que nous puissions être hors de portée de leur radar en arrivant. Je me suis exécuté.

 

Je suis resté en stationnaire à une altitude comprise entre 15 et 18 km, juste au-dessus du site, tandis que j’attendais que mon escorte me rejoigne.

Une fois notre escadrille au complet, ils sont descendus et je les ai lentement suivi tandis que je donnais l’ordre aux scientifiques présents sur le site de quitter le système au plus vite.

 

Quelques dizaines de secondes plus tard, j’ai pu voir un vaisseau rapide sortir de la zone morte de mon radar. Je l’ai scanné et j’ai identifié le Cmdr Zipper. Mon escorte avait engagé le combat avec d’autres pilotes mais le Cmdr Zipper se tenait à l’écart, volant en cercle très rapidement. C’est là que j’ai compris qu’il allait m’engager.

J’ai immédiatement pointé le nez vers le ciel, j’ai boosté deux fois de suite, me laissant le temps de trouver un système vers lequel sauter qui soit dans mon champ de vision tout en sortant de l’influence gravitationnelle de la planète, puis j’ai rebooster deux ou trois fois de plus tandis que j’engageais mon FSD afin de sauter au plus vite. Je suppose que le point de saut que j’avais choisi, juste au-dessus de l’horizon, a dû quelque peu perturber la maniabilité de mon assaillant car j’étais juste à la limite de sortie de l’influence gravitationnelle de la planète et comme il était derrière moi, il y a de fortes chances qu’il ait été encore sous cette influence durant le temps où mon FSD se chargeait.

Le feu pleuvait sur mon Diamond Back Explorer. Mon bouclier est très vite tombé et mon intégrité est descendue à 37% en quelques secondes au moment où enfin, j’entrais dans le witch space. Si mon escorte n’avait pas occupé le reste de l’escadrille BBS, je serais probablement mort à l’heure qu’il est.

 

J’ai procédé à trois sauts supplémentaires vers des destinations aléatoires afin de perdre d’éventuels poursuivants, puis j’ai indiqué à mon escorte que je m’en étais sorti de justesse ainsi que ma position. Le lead m’a demandé de rejoindre Jitabos au plus vite et de m’attendre un saut avant, afin de lui laisser le temps de vérifier que tout allait bien autour de la station Finney Ring et dans le système. J’ai suivi ses instructions et j’ai enfin pu docker en toute sécurité. Là, j’ai réparé, puis j’ai immédiatement repris la route vers HR 6421, le système où résident les Children of Raxxla, pour finalement docker à Serebrov Terminal après avoir suivi la même procédure que précédemment. Là, j’ai vendu les quelques données d’explorations qui étaient à ma disposition ainsi que l’ensemble des données recueillies sur les sites des bases de l’INRA.

 

Voici donc pour les faits.

Cette relation est bien évidemment incomplète puisqu’elle ne reflète que ce que j’ai vu des événements qui se sont déroulés hier soir et qui aurait pu avoir une issue tragique.

 

Une fois à Serebrov Terminal, remis de mes émotions, j’ai immédiatement posté le message suivant dans le canal diplomatique de l’holofac privé de Wing Atlantis :

 

Vile tentative d’assassinat contre ma personne à l’instant même par les troupes contre révolutionnaires de l’ancien Black Bird Consilium. Ils se sont lâchement attaqués à des explorateurs sans armes. Dieu merci, nous avions une bonne escorte. J’ai pu sauver ma peau de justesse.

Il est vraiment temps que Mme Alexandra Gidh fasse le nécessaire pour nous débarrasser de ces dangers publics !

 

J’espérais une réponse prompte et des explications, sachant que des pilotes BBS avaient accès à ce canal.

 

Et en effet, la réponse ne s’est pas faite attendre.

C’est le Cmdr Redfox qui m’a répondu :

 

Cher Joseph, vous nous en voyez désolé, mais ce ne sont pas les forces de l’ancien Consilium qui étaient engagées dans cette opération. Nous avons reçu dans la soirée l’ordre de nous déployer sur les différents sites de l’INRA et d’attendre de plus amples instructions. Le nom de la cible ne nous a été communiqué qu’à la dernière minute. L’un de nos pilotes vous alors engagé. C’est Rapture XXV qui, apprenant qui était la cible, a alors ordonné de cesser le feu, sans quoi vous seriez malheureusement  passé à trépas. Il va sans dire que la Porte parole est absolument scandalisée par cette situation. Une enquête interne va être menée  afin de comprendre comment et par qui cette opération a pu être commanditée sans l’aval du nouveau conseil. Il est possible que cela soit en effet une manoeuvre de l’ancien consilium.

Il n’est d’ailleurs pas à exclure que certains membres du squadron soient déployés dans les prochains jours sur les site de l’INRA afin de les sécuriser pendant les travaux de recherche.

 

Inutile de dire qu’OSIRIS compte participer activement à cette enquête de son côté.

Si, comme le laisse entendre le Cmdr Redfox, il subsiste des éléments contre révolutionnaires au sein de l’actuel Consilium, alors c’en est fini du changement de cap que Mme Alexandra Gidh compte imprimer à sa faction.

 

Il est tout de même intéressant de noter que cette attaque s’est produite le jour même où Aegis lançait son opération d’assassinat tandis que, dans le même temps, débutait une opération de sauvetage de grande ampleur à laquelle MediCorp participe activement. Toutes les conditions étaient donc réunies pour que je sois définitivement sorti de la scène.

Je ne vais pas pour autant accuser le soi-disant Club d’avoir commandité cet assassinat sans aucune preuve. D’ailleurs est-il seulement possible que nous en ayons jamais ?

Et puis, ça serait une grande présomption de ma part de penser gêner une organisation aussi puissante et tentaculaire que cette clique au point qu’elle décide de m’éliminer.

 

Quoiqu’il en soit, j’ai pu, par ce tragique incident, constater la solidité de ma détermination. Hier soir, mon bras n’a pas tremblé alors que j’étais à deux doigts de disparaître.

 

Je continuerais à faire mon travail, quoi qu’il m’en coûte !